Tissist – Dja Zaïr

Partenariats avec Tissist et Samba Résille

L’association Tissist réalise un film nommé Dja Zaïr qui relate une Algérie d’aujourd’hui loin des clichés, « une sorte de film route » . Ils sont encore en tournage en Algérie et li film est attendu pour la mi 2013.

Nous utiliserons cet objet artistique à des fins de médiation dans l’agglomération toulousaine et ailleurs dans le but de relater une certaine réalité de l’Algérie et surtout de débuter un cycle de réflexion en 2013 2014 sur notre rapport avec l’Algérie.

L’appel de Tissist

  • La démarche

C’est avec ces questions que nos bagage se font aujourd’hui, et avec elles que nous parcourons le pays du Sud vers le Nord.

Nous soumettons aujourd’hui ce projet à votre soutien. Ce voyage impatient sera le vôtre.

Un réalisateur, une preneuse de son et un musicien partent à la quête des visages multiples qui forment le peuple Algérien.

Deux Algériens et une Française avec, pour partage, des regards plus ou moins aiguisés, nourris de poésie, et d’une passion débordante pour l’Algérie.

Le côté spontané est volontairement prioritaire dans cette entreprise artistique.

Notre rôle est de recueillir avec déférence les expressions cachées, inexplorées de ce peuple. Nos oreilles et nos yeux se poseront crûment mais sans jugement, comme munis d’une prudence post-traumatique.

  • Le voyage

Ce projet se trouve confronté à l’immensité d’un territoire que nous considérons comme encore méconnu. Chaque région est susceptible de nous livrer sa propre et distincte définition du pays.

Un départ du Sahara, en compagnie de touarègues nomades, puis de touarègues sédentaires, nous assénera la cinglante et triviale vérité : l’Algérie est Africaine.

Timimoune sera filmée et enregistrée dans son évidente simplicité. Elle nous fera part de ses chants et cérémonies envoûtantes, dont l’archaïsme persiste à bien des transitions.

Plus haut, à Ghardaïa nous découvrirons une ville splendide conçue et construite par une communauté auto organisée dont l’originalité rayonne autour de leur rite religieux ibadite. L’intérieur du pays, la porte du désert, nous sera conté par ses humbles habitants.

Constantine ! Entre ses murs une âme décrite par ses fils, Kateb Yacine et Malek Haddad. Ses natifs, ses immigrés qui la font nous rendront forcément un peu de sa complexité.

Alger, Oran, des villes qui parlent, qui bougent dans un imbroglio incessant. L’occident, l’orient et l’Afrique semblent s’être définitivement alliés dans ces cités.

La Kabylie, région souvent injustement simplifiée nous délivrera ses cris et ses soupirs ; elle a ses villes et ses campagnes.

  • Un regard et un medium

Les traumatismes des années de sang commencent à peine à se dissiper, le regard vers l’avenir s’affirme et s’assume, parfois dans la douleur et l’incompréhension, voire dans la solitude. Il arrive à « l’Algérien » de défrayer la chronique à coup de barques de fortune dans le détroit de Gibraltar, signe d’un malaise profond d’une jeunesse mise à l’écart et prête à tout pour se faire entendre, ou bien partir… Depuis ces constats, le moteur de notre travail est d’aller à l’encontre des justifications, des argumentaires, des analyses, et de porter un regard neuf sur les solutions in situ.

Ainsi, le réalisme ne sera pas le seul véhicule de notre approche, l’imaginaire, l’abstraction, l’absurde, le rêve et la fiction seront aussi des ressources pertinentes pour retranscrire nos ressentis dans ce projet.

Un film, une sorte de « film route » ponctué de textes, de musique, de poésie, de paysages et de personnages bousculeront à coup sûr nos sens et notre imaginaire. L’essence de notre aventure est là.

Des repérages constructifs sur les plans géographique et humain sont en bonne voie, des soutiens aussi inespérés que désintéressés se manifestent en France et en Algérie, et cela nous conforte dans notre élan.

Toutefois, les fonds nécessaires à la mise en place du projet ne sont pas encore entièrement réunis. Ainsi, votre contribution servira à l’achat de matériel onéreux adaptés à la réalisation de ce projet d’envergure.

Pour plus d’information et sur ce projet et aider l’association à réaliser le film http://sites.google.com/site/tissist/