Anuktatop au Brésil, un film qui fait son chemin

On continue les festival cette fois-ci ce sont deux festival Brésilien qui choisissent Anuktatop

  • Mostra Ecolofante de Cinema Ambiental 1 au 14 juin 2017, SAO PAULO, Brazil, http://www.ecofalante.org.br/
  • FESTI FRANCE Mostra francesa 1er au 13 septembre, BELO HORIZONTE, Brazil  https://www.facebook.com/festifrancebrasil/

Article sur Guyaweb nov 2016

 


 

Actualités | Culture |  Publié le 18/11/2016 à 07H52 |  Mis à jour le 18/11/2016 à 09H14  |  Par : Helene Ferrarini

Anuktatop, un film qui fait son chemin

 

Après le prix du jury au festival international du film d’environnement en avril 2016, Anuktatop, docu-fiction participatif produit par l’association Chercheurs d’Autres avec des habitants du pays wayana, est actuellement en sélection à l’IDFA festival d’Amsterdam (festival international du film documentaire).

Anuktatop, la métamorphose, qui dure 110 min, est la version longue du film La jeunesse du fleuve (54 min) dont nous vous présentions l’originalité de la démarche sur Guyaweb en 2015 (Pour en finir avec « les voleurs d’images » : film participatif en pays wayana).

Les images de ces deux films, réalisés par Pierre Selvini et Nicolas Pradal, ont été tournées entre juin et septembre 2013, impliquant 130 personnes en pays wayana. Mais pour David Crochet, le coordinateur de Chercheurs d’Autres, « cette version longue, […] c’est un autre film ». Anuktatop compte notamment une première pour la création visuelle en Guyane : des scènes de fiction tournées au Centre spatial guyanais.

Pour Anuktatop, l’association Chercheurs d’Autres met l’accent sur le lien entre création artistique et « développement local intégré ». « 20% de droit d’auteur reviennent aux habitants de Taluen pour des projets liés à l’image ou au patrimoine » précise la structure. Des jeunes ont été formés au tournage et au montage et y ont participé en étant rémunérés.

A la recherche d’un distributeur

Chercheurs d’Autres a des projets en cours. L’association a notamment été sollicitée en 2015 par des habitants du Haut-Maroni pour filmer le Puu Baaka du Gaan Man Doudou (la levée de deuil du Gaan Man des Boni décédé en 2014). Le film est en cours de développement. Omole, une fiction, est elle en cours d’écriture entre le réalisateur Nicolas Pradal et deux habitants de Twenké, et pourrait voir le jour d’ici 2020. Des projets qui n’empêchent pas l’association de faire face à des « problèmes financiers » commente David Crochet.

anuktatop-affiche-light_web

Au festival d’Amsterdam, Anuktatop est sélectionné dans la catégorie Premier film et Doc for Sale. Ce sera peut-être l’occasion pour le film de trouver un distributeur, ce qui n’est pas encore le cas. « Les diffusions sont pour l’instant sporadiques. » Le film a été diffusé en Guyane en novembre 2015, notamment dans les villages où il a été tourné, ce qui est une des marques de fabrique de la démarche de Chercheurs d’Autres qui met un point d’honneur à restituer les productions culturelles sur les lieux d’où elles émanent. Depuis, le film est projeté de temps en temps dans des festivals et autres évènements ponctuels en Guyane et dans l’Hexagone. L’association est en cours de discussion avec Guyane 1ère. « Le film jouit d’une bonne reconnaissance, mais comme c’est une association qui le produit et non un producteur, cela pose un problème pour obtenir l’agrément du CNC » (Conseil national du Cinéma) » explique David Crochet. Si cela ne semble pas poser de problèmes à des acheteurs internationaux, cela freine la diffusion par des distributeurs français, développe-t-il. Le comble serait que Anuktatop, film participatif guyanais connaisse une carrière internationale sans jamais réussir à être diffusé sur une chaîne française.

Merci à nos soutiens :

La Commission Européenne (PEJA), Ministère de l’Outre Mer et Ministère de la
Culture (FEAC), Le Parc Amazonien, Conseil Général de la Guyane, Mairie de Maripasoula, Région Guyane
Partenaire privé : Air Caraïbes
Partenaires production : Les films du sud, Tic-Tac production
Et pour les diffusions et les restitutions sont venus d’autres soutiens la DAC Guyane, la DRJSCS, la région Guyane.